les empêchements 1

Soirée du 23/10/2017

Nous voyons ce que les bouddhistes appellent « les 5 empêchements » d’autant que nous y sommes tous confrontés (Remarque : ne pas confondre avec les 10 entraves vers l’éveil)

Quand nous pratiquons, nous ressentons parfois et “parfois souvent” des difficultés, des freins, des empêchements à la présence, à une pratique que l’on jugerait plutôt “correcte, facile et satisfaisante”. En fait, ces notions de “correct, facile, satisfaisant” sont fausses, mais on y reviendra plus tard. Il est un fait que nous sommes plutôt parfois (très) perturbés en méditation. La tradition connaît cela et l’a expliqué et presque codifié.

La tradition theravāda liste 5 empêchements à la pratique de Vipassanā ou de samatha :

- le désir sensuel : à comprendre comme le souhait de satisfaire et amener du plaisir via les 6 sens du bouddhisme (le mental avec les pensées étant celui rajouté aux 5 habituels). Cela va de "je vais déplacer un petit peu le genou pour plus de confort" en méditation assise ou "je mangerai bien une glace" ou "j'aimerai bien une douce odeur d'encens" jusqu'à "vivement le câlin de ce soir",

- la colère et toute forme d'agressivité,

- l'agitation : le mental qui tourne à 100 à l'heure, qui zappe sans arrêt d'une idée à une autre, le fait de se laisser entraîner loin dans une histoire qu'on se raconte ou un film qu'on se fait,

- la torpeur : l'endormissement, une sorte de léthargie,

- le doute : "qu'est-ce que je fais là ?", "à quoi ça sert de toutes façons ?"...

et parfois un mélange de 2 ou plus de ces empêchements. Nous sommes tous passés par là, nous y avons tous été confrontés ou nous le serons à un moment ou un autre. Vous avez constaté ou vous constaterez que les difficultés que vous rencontrez pour maintenir votre pratique sont toujours dans ces 5 empêchements , peuvent s’y résumer ou même être une combinaison de ceux-ci.

***********************

Lecture d’un texte

Sayadaw U Pandita “Dans cette vie même”, pages 221-222 :

Les cinq empêchements sont les cinq modes spécifiques par lesquels l’esprit s’écarte de l’objet d’attention. Ce sont les cinq kilesas (kleshas en sanskrit) les plus importants d’une liste apparemment sans fin. Ces impuretés sont qualifiées d’empêchements parce qu’elles détiennent chacune à leur façon le pouvoir d’empêcher et d’obstruer la pratique. tant que l’esprit sera séduit par l’attraction des sens, il ne pourra se maintenir fermement sur l’objet de méditation. Etant continuellement extrait de son observation, il ne progressera pas sur le chemin qui mène au-delà des bonheurs ordinaires. Kamacchanda, le désir sensuel est le premier et le plus grand empêchement de la pratique.

il est également très fréquent que la distraction se produise à partir d’un objet désagréable. Lorsque le contact est déplaisant, l’esprit se remplit d’aversion ou de colère, vyapada. Il s’écarte de l’objet d’attention et donc du véritable bonheur. Parfois, l’esprit va perdre sa vivacité et sa vigilance. Il devient lourd, inutilisable et apathique. Une fois de plus, il n’arrive pas à se maintenir sur l’objet. C’est thina middha, la paresse et la torpeur. Elles occupent la troisième place dans la liste des empêchements.

A d’autres moments, l’esprit sera frivole et dissipé, sautant d’un objet à l’autre. On parle alors de uddhacca kukkucca, l’inquiétude et l’agitation. Il est incapable de rester focalisé sur l’objet tant il est éparpillé et indiscipliné ; toutes sortes de choses lui reviennent en mémoire, il est pris par le remords et par le regret, par l’agitation et l’inquiétude. Le cinquième et dernier empêchement majeur est vicikhiccha, le doute sceptique, l’esprit critique. Il vous est certainement déjà arrivé de douter de vous-même, de la méthode ou du professeur. Vous aurez peut-être fait des comparaisons avec d’autres techniques dont vous avez entendu parler ou que vous avez vous-mêmes pratiquées et vous vous êtes retrouvés complètement paralysés comme quelqu’un qui voyagerait dans un pays inconnu et qui, arrivé à un croisement, serait incapable de prendre une décision.

Lorsque les empêchements sont dans l’esprit, la joie, le confort, la fixité de l’esprit, l’application juste de la pensée font défaut.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

सब्बे सता सुखिता होन्तु

Parampara

 

© 2019

Conception du site : Nathalie Rosada - Francis Lutgen
Crédit photos : Francis Lutgen - Unsplash

Mentions légales   

Directrice de la publication : Nathalie Rosada

​​Hébergeur : Wix.com Inc.
500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158