Les 5 agrégats (3) - Perceptions et Formations mentales

Session du 19 novembre

Le 3ème agrégat : les perceptions - Rassemblement pour nommage et étiquetage

Comment reconnaître tout ce qui arrive à l’esprit ? Comment réfléchir ? Le 3ème agrégat est l’endroit où tout se passe. une information arrive, elle est comparée à ma base de données mémorielle interne. Là, la chose est identifiée, reconnue, nommée, appréciée par sa couleur, sa forme, sa texture… Elle est comparée, plus grande que, plus petite que, bien, pas bien, moins bien, plus loin, plus près…

C’est l’endroit où s'enregistrent les données, les apprentissages. C’est le lieu de la réflexion, des constructions mentales, des hypothèse, etc. Là où on se croit en terrain connu, là où on se dit “Je” pense donc “Je” suis… C’est l’esprit qui pense

C'est le rassemblement d’un certain nombre de caractéristiques qui en fonction d’expériences antérieures va leur donner un nom, un concept qui va varier dans le temps en fonction de mon âge et de mes expérience : par exemple un enfant qui joue avec un tas de pièces de monnaie va les considérer en tant que briques pour la construction d'une tour alors qu'un adulte le verra comme de l'argent.

Si c’est vous, si c’est à vous, vous devriez alors maîtriser ce qui s’y passe… Pourtant… Est-ce que vous savez comment est organisé votre disque dur intérieur ? Où et comment sont stockées les données ? Savez-vous comment cela fonctionne ? Comment allez-vous chercher un souvenir et où ? Et pourquoi vous oubliez certaines choses ? et justement celle dont vous avez besoin parfois ? Vous n’avez jamais de perte de mémoire ?

D’ailleurs, lors de votre prochaine assise de méditation, dites à cet agrégat de ne pas vous perturber avec des pensées dont vous ne voulez pas, des souvenirs qui vous dérangent, des envies qui sont malvenues en cet instant. Demandez lui d’arrêter les pensées… ou de ne vous donner que les bonnes, les agréables… Combien de fois en méditation vous avez dit à votre esprit “Non, pas çà, pas maintenant, laisse moi tranquille avec ça... “? Quand vous pensez à quelque chose en méditation, avez-vous remarqué que vous ne savez même pas comment est choisie la pensée suivante qui vous perturbe et qui a remplacé la précédente qui vous perturbait aussi.

Mais au fait… si cela vous perturbe… c’est bien que vous pouvez encore dire :

Je ne suis pas cela, cela n’est pas moi, et cela n’est pas à moi”


Le 4ème agrégat : Les fabrications mentales ou les volitions

L’intellect, ce qui pense, ce qui réfléchit, ce qui déduit, mais aussi les états mentaux : joie, colère, tristesse, désir, envie, somnolence…

L’agrégat des formations mentales est un peu fourre-tout et se divise en cinquante-deux activités ou état mentaux. Parmi lesquelles on trouve : le désir, la répulsion, l'ignorance, la vanité, l'idée de soi, ... mais aussi : la confiance, la détermination, la volonté, la sagesse, l'attention, la concentration.

Le Bouddha met l'accent sur le lien entre formations mentales et volonté ou actions et intègre toutes les actions volitionnelles dans ce groupe (la volition est l'action par laquelle la volonté se détermine). C'est à partir des idées que le sujet agit.

Encore des choses que l’on croit maîtriser… comme par exemple les 5 empêchements dans la méditation : désir, aversion, agitation, torpeur ou doute… D’ailleurs, si ils sont considérés comme des empêchements, c’est que vous ne maîtrisez pas ces états mentaux, donc déjà vous avez envie de dire : “Je ne suis pas cela, cela n’est pas moi, et cela n’est pas à moi”.

Faites cet essai :

Après avoir pris une décision, quelle qu’elle soit, refaites la démarche qui vous a amené à cette décision… et si vous observez bien les étapes, vous verrez que vos décisions, vos intentions ne sont que le fruit d’une série de causes et de conséquences. Vous croyez que ces décisions et ces intentions sont issues d’un “je” qui pense et qui vous a amené jusque là en toute connaissance de cause. En fait, regardez de près, de très près, ce processus, notamment en méditation, et vous découvrirez que ce processus est issue d’action et de réactions très basiques qui répondent à “désir ou aversion”… ainsi que de causes et de conséquences qui ne reviendront jamais de la même façon.

Cette compréhension peut être difficile à expérimenter, voire faire mal ou être juste bizarre quand elle vient sous forme de compréhension profonde, mais c’est aussi très libérateur, car derrière tout cela, il n’y a pas de moi, mais que du désir, de l’aversion, de la saisie et de la soif et de l’impermanence.

C'est l'ensemble de toutes ces idées qui concourent à fabriquer une idée du moi et qui va entraîner mes actes. Cet agrégat est celui du karma car c'est à partir de ces idées implantées en tant que graines karmiques par nos actes antérieurs que nous allons agir.

Et il est libérateur de comprendre vraiment que pour “désir, aversion, saisie, soif”, s’applique aussi :

Je ne suis pas cela, cela n’est pas moi, et cela n’est pas à moi”

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout