Les 5 agrégats (1) - La forme

Session du 5 novembre


Qui médite ? Le Bouddha a répondu : "les 5 agrégats".

Ce sont cinq ensembles (tas de choses) dans lesquels il a englobé tous les phénomènes physiques et mentaux de l’existence conditionnée.  Au niveau général, les 5 agrégats sont les constituants de tous les phénomènes composés existant dans l’univers. Au niveau de l’individu, les 5 agrégats sont la base sur laquelle nous fondons l’idée d’un moi.

A ce propos, le Bouddha ne cherche pas à faire une carte exhaustive de la psyché humaine mais veut être efficace en mettant le doigt sur un problème qui provoque la souffrance et empêche de voir la réalité. Les 5 agrégats ne sont pas la totalité du fonctionnement de l’esprit mais ce qui permet au moi de survivre. Ils représentent la façon dont je me vois ou idée que je me fais de moi-même.


Quand on se trouve devant un individu, il a une forme (le constituant physique) et on lui donne un nom (formé de quatre constituants mentaux). Ces 5 agrégats sont interdépendants dans un fonctionnement global de la psychée humaine.


1/ Agrégat des formes

Au niveau général : Il s'agit des quatre éléments fondamentaux (l'air, la terre, le feu et l'eau), leurs différents états (fluidité, solidité et mouvements) et leurs dérivés. Par dérivés, on désigne les organes sensoriels et mentaux (la vue, l'ouïe, l'odorat, l'olfaction, le toucher) et les objets leur correspondant dans le monde (les formes visibles, les sons, les odeurs, les goûts, le contact des objets avec le corps). Au niveau individuel : c'est l'ensemble des éléments physiques auxquels on s’identifie le reste étant le monde. C'est un processus et il n'est ni stable et ni durable : on se construit à chaque instant de façon différente (la nourriture que l’on ingère et qui est pure devient moi, quand elle ressort impure ce n’est plus moi, les cheveux sont moi mais pas les poils ...)


C’est mon corps, c’est moi qui dirige, c’est moi qui décide. Oui… parfois… quand je décide de marcher pour aller quelque part, le corps le fait. Je veux bouger ma main, elle s’exécute. Voyons les choses autrement. Je donne l’ordre de marcher, le corps exécute mais une fois l’ordre donné, je ne gère plus grand chose… le corps sait faire, et il n’a plus vraiment besoin de “moi”... et en fait, pour marcher, il y a énormément de nerfs, de muscles, de tendons, d’équilibre et de choses à gérer dont je ne m’occupe pas et dont je ne sais pas m’occuper, consciemment en tout cas. Heureusement, le corps sait gérer sans mon contrôle. Je bouge la main, j’ai donné ou pensé l’ordre d’ailleurs en général de manière inconsciente. Et à chaque instant du parcours de la main, les sens me confirment que le mouvement a bien lieu, que la main bouge mais “je” n’exécute rien dans ce mouvement. Quand je soulève un verre d’eau, le corps sait exactement quelle force donner pour que le verre arrive plein à ma bouche… “Je” n’ai rien géré non plus de toute la somme d’opérations demandées dans ce “simple” geste.

Dites à votre corps de ne pas avoir faim ou soif, de ne pas bailler, à votre estomac de ne pas gargouiller. Avalez quelque chose et essayez de gérer la suite et le parcours de cet aliment. Arrêtez de manger, de dormir, d’aller aux toilettes, de respirer. Demandez lui de ne pas vieillir et de de ne pas être malade ou vous faire mal. Et vous découvrirez très vite qui dirige et qui est le chef des opérations.

Alors, ce corps n’est pas à moi, parce que je ne le dirige pas ou que très partiellement.

Peut-être que ce corps est-il moi alors ? Quand je me coupe les cheveux, les ongles, la barbe… est-ce que je perds une partie de moi ? Les personnes amputées ou infirmes sont un moi complet même s’il peut être abîmé extérieurement ou intérieurement. Donc ce corps n’est pas moi non plus et je ne suis pas ce corps non plus. Je n’y habite pas non plus ou alors c’est une prison dont je ne peux pas sortir. Si c’était moi, je n’aurai pas choisi cela comme solution de vie. Et quand je dors ? Que je n’ai plus conscience de ce corps, je ne suis plus moi ? Il n’y a plus de moi, plus personne qui habite dans ce corps ?

Je ne suis pas ceci, cela n’est pas moi et cela n’est pas à moi.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

सब्बे सता सुखिता होन्तु

Parampara

 

© 2019

Conception du site : Nathalie Rosada - Francis Lutgen
Crédit photos : Francis Lutgen - Unsplash

Mentions légales   

Directrice de la publication : Nathalie Rosada

​​Hébergeur : Wix.com Inc.
500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158