Les 3 caractéristiques (4) - Le non-soi

Soirée du 29 janvier 2018

Tous les phénomènes conditionnés comportent Anatta - le non-soi - comme caractéristique. Or, tout est conditionné. Je vous laisse essayer de trouver une seule chose qui n’est pas conditionnée…

Comprendre complétement une des trois caractéristiques Dukkha, Anicca ou Anatta , c’est comprendre les deux autres. Elles sont liées et en interaction . Comprendre la nature profonde de cette interaction, c’est mettre fin à la souffrance.

ANATTA - Le non-soi

Une notion plus complexe, un concept qui s'en approche est l'interdépendance des phénomènes. Rien ne peut exister qu'en contingence temporelle et spatiale d'autres phénomènes. Tout n'existe qu'en tant que conséquence d'autre chose et ensuite ce qui est va générer un autre phénomène. Tout évènement quel que soit sa nature est conditionné et n'est que le résultat d'une suite de causes et conséquences, Rien n'existe par soi-même et rien n'est en indépendance totale.

Cette continuité se retrouve dans la coproduction conditionnée qui se résume par : Ceci étant, cela devient ; Ceci apparaissant, cela naît. Ceci n'étant pas, cela ne devient pas ; Ceci cessant, cela cesse (de naître).

Dans la chaîne de la coproduction conditionnée que nous verrons plus tard en parlant du Soutra de la Pousse de Riz, l’origine du cycle des renaissances est l’ignorance. En version très résumée, dans cette chaîne, l’ignorance conduit à créer du karma qui conduit à créer des contacts sensoriels, qui créent des sensations, qui créent du désir, qui crée de l’avidité, qui crée le devenir, qui crée la maladie, la vieillesse, la mort et la renaissance dans l'ignorance et le cycle continue… et (je cite à peu près) tout cela crée tout un monceau de Dukkha. Tout n’est que le résultat de causes et de conséquences, rien n’existe par lui-même ex nihilo. C’est un des aspect d’Anatta.

Anatta est construit sur les mots “atta” et la racine privative “a”. Atta est la version pali du mot sanskrit Atman. L’atman dans l’hindouisme, c’est à peu près l’âme qui se réincarne de vie en vie, qu’on essaie d’améliorer par des actes méritoires, un bon karma pour avoir une meilleure vie dans une prochaine réincarnation. Toujours dans l’hindouisme, à la fin du cycles des réincarnations et de progrès en progrès, l’atman s’unit au grand Atman et fusionne avec l’univers. Le cycle hindouiste des réincarnations se termine ainsi.

Bouddha ne reconnaît pas la notion d’atman ou d’atta, pour lui, rien ne se réincarne d’une vie à l’autre, c’est seulement le cycle de la coproduction conditionnée qui à partir de l’ignorance conduit à créer du karma qui va générer une renaissance pour épurer le karma (positif ou négatif) qui ne l’a pas été dans la vie en cours. Mais il n’y a pas de “je” qui est derrière cela, il y a juste une suite de causes et conséquences où rien n’a d’existence propre. Le “je” est construit dès l’enfance, recréé d’instant en instant comme on l’a vu dans l’impermanence. Ce “je”, ce “moi” cesse dès que les conditions ne sont plus remplies. Et c’est un autre “je” qui se construira pour résoudre du karma non épuré. Et on ne peut plus dire, c’est “mon” karma, mais on doit dire, c’est du karma. Personne ne se réincarne. Personne ne meurt, c’est un processus d’identification à un “je” renouvelé d’instant en instant qui s’arrête.

J’espère que vous avez pu mieux comprendre les relations d’interdépendance entre les 3 caractéristiques et que le fait d’en comprendre complètement une permet de comprendre les autres et par là-même d’atteindre l’éveil… mettre fin au “je “, à l’ignorance et à Dukkha.

Dans les soutras du canon pâli, il est dit que comprendre un seul des sujets suivants permet à lui-seul d’atteindre l’éveil, car il permet de comprendre tout le Dharma : les 4 nobles vérités, les 4 illimités, les 3 caractéristiques, la coproduction conditionnée.

Quel que soit celui que vous prendrez, en tirant le fil jusqu’au bout, vous comprendrez les autres et vous atteindrez l’éveil, le Nirvana, l’au-delà des concepts et vous mettrez fin à Dukkha pour avoir compris sa nature et son origine.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'importance des Kalyana Mitta

Les méditants qui pratiquent Vipassana dans la tradition Theravada se sentent souvent seuls ou isolés dans leur poursuite de la méditation à leur retour des retraites auxquelles ils peuvent participer

La gratitude

"Ne manquez pas d'ajouter votre grain de poussière au sommet de la montagne des actes bénéfiques" (Dogen - Instructions au cuisinier Zen) Luang Por Liam - Ce n'est jamais mal (traduit en anglais par A

Texte retraite juin 2019 : l'attention au corps

L’attention au corps Le Satipatthana sutta (sati : l’attention et patthana : l’instant présent) décrit les quatre fondements de l’attention pour un méditant : l'attention au corps : toutes les

सब्बे सता सुखिता होन्तु

Parampara

 

© 2019

Conception du site : Nathalie Rosada - Francis Lutgen
Crédit photos : Francis Lutgen - Unsplash

Mentions légales   

Directrice de la publication : Nathalie Rosada

​​Hébergeur : Wix.com Inc.
500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158