La Pousse de Riz - les kalyana mitta

L'esprit dans lequel a été créée la Pousse de Riz et comment nous souhaitons qu'elle vive :

Ici, il n’y a pas de maître, pas de gourou, pas de lama, pas de Rimpoche, pas de Sayadaw, pas d’Ajahn, pas de vénérable. Certains d’entre vous sont habitués à recevoir des enseignements par des maîtres ou par des instructeurs. Ici, nous n’en avons pas. Ce n’est pas parce qu’on n’en voudrait pas mais c’est simplement parce qu’on n’en trouve pas. Il s’agit donc d’un lieu, d’un moment de rencontre entre kalyana mitta, c’est-à-dire des compagnons spirituels. Compagnon au sens de compagnon de voyage pour parcourir ensemble le chemin des enseignements du Dhamma. Kalyana mitta comporte le mot mitta, ami, qui a la même racine que Metta, la bienveillance ou que Maïtri, le nom du prochain Bouddha. Un groupe de kalyana mitta réunit des membres laïcs ou monastiques d’un sangha, une communauté du Dhamma, pour étudier et partager des pratiques de méditation dans un environnement amical et d’entraide. Dans un sutta du canon pali, Ananda déclare au Bouddha avec enthousiasme « Voici la moitié de la vie sainte : une amitié admirable, un compagnonnage admirable, une camaraderie admirable ». Et le Bouddha lui répond « Ne dis pas cela Ananda. Une amitié admirable, un compagnonnage admirable, une camaraderie admirable, c’est la totalité de la vie sainte. Quand un Bikkhu a des gens admirables comme amis, compagnons et camarades, il peut s’attendre à pouvoir développer et poursuivre le noble octuple sentier.

Dans la tradition Theravadin, les moines doivent s’aider, se soutenir, se corriger mutuellement, partager leur questionnement, leur compréhension. Il en est de même pour les membres laïcs du sangha. De plus, les enseignements des maîtres sont indispensables, l’étude est indispensable. Mais il faut aussi apprendre à voir que l’enseignement du Dhamma est permanent. Tout dans la vie peut être un enseignement. En l’absence d’enseignant, le sangha et les kalyana mitta sont plus qu’un simple substitut à un maître, ils sont un guide, une aide, un soutien dans l’application du Dhamma. Mais bien sûr

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Conseil de lecture

Le livre d'Ajahn Chah traduit par Jeanne Schut : "Être ce qui est" (titre original "Being dhamma") est paru. Je vous en conseille vivement la lecture. Une citation : "La méditation est un outil, une o

सब्बे सता सुखिता होन्तु

Parampara

 

© 2019

Conception du site : Nathalie Rosada - Francis Lutgen
Crédit photos : Francis Lutgen - Unsplash

Mentions légales   

Directrice de la publication : Nathalie Rosada

​​Hébergeur : Wix.com Inc.
500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158