Comment développer le discernement

Texte d'Upasika Kee Nanayon présenté le 17 décembre 2018.


Il est important que nous parlions des étapes de la pratique de l’entraînement de l’esprit car l’esprit dispose de toutes sortes de tours qu’il se joue à lui-même. Si vous n’êtes pas attentif, si vous ne les percez pas à jour, il est très difficile de ne pas tomber dans leur piège, même si vous veillez continuellement à l’état de votre esprit. Il faut faire un effort particulier pour se concentrer sur l’observation de ces choses-là, à tout moment. La seule attention ne suffira pas à faire naître une véritable connaissance ; au mieux, elle peut vous apporter une légère protection contre les effets des contacts sensoriels mais, sans un approfondissement concentré, l’esprit ne sera absolument pas en mesure de révéler les connaissances qu’il détient.

Voilà pourquoi vous devez vous entraîner à être constamment présent à toute chose. Et quand vous parvenez à connaître une chose telle qu’elle est réellement, il ne reste plus que le lâcher-prise, lâcher-prise. Au début, cela signifie qu’il ne viendra à l’esprit aucune pensée stupide ou mal avisée ; l’esprit s’arrêtera simplement pour observer, pour être clairement conscient de lui-même à tout moment. Si vous devez vraiment penser à quelque chose, maintenez vos pensées sur les thèmes de l’impermanence, l’insatisfaction et l’impersonnalité. Il est important que votre esprit ne mette que des mots relatifs à ce genre de catégories car si votre façon de penser et les mots qui l’expriment sont corrects, vous parviendrez à voir les choses correctement. Si vous allez dans la direction opposée, votre pensée sera erronée, vous mettrez des mots incorrects sur les choses et, de ce fait, vous ne verrez pas les choses telles qu’elles sont en réalité. C’est ce qui maintient l’esprit caché à lui-même.

Par contre, quand des pensées et des mots apparaissent dans l’esprit, si vous concentrez votre attention pour les observer de très près, vous verrez que ce ne sont que des ressentis – des sensations ou des sentiments qui apparaissent et disparaissent, qui sont donc changeants, inconstants et illusoires. Si vous ne faites pas l’effort de les observer attentivement en y concentrant toute votre attention, vous tomberez dans le piège des pensées. En d’autres termes, l’esprit donne naissance à des souvenirs du passé et fabrique des problèmes liés au passé mais, si vous êtes tout de suite conscient de ce qui se passe, vous verrez que tout cela est illusoire. Il n’y a rien de réel dans ces pensées. C’est vrai aussi pour l’interprétation que l’esprit donne aux contacts sensoriels – agréables ou désagréables – au moment où ils apparaissent : si vous les observez de près avec attention, vous verrez qu’ils sont tous trompeurs. Il n’y a en eux aucune vérité absolue. Mais l’ignorance et la mauvaise compréhension s’en emparent et font tourner l’esprit en rond. Il ne sait plus où il en est ; il ne voit pas comment ces choses apparaissent, durent un temps puis disparaissent ; alors il s’en saisit et se fait berner de toutes sortes de façons. Si vous ne vous arrêtez pas pour observer les choses attentivement en y concentrant toute votre attention, vous n’aurez aucun moyen de voir la réalité au travers de tous ces phénomènes.

Mais si l’esprit garde un bon équilibre ou s’il s’arrête pour observer et apprendre à connaître son propre fonctionnement, il peut parvenir à comprendre ces choses telles qu’elles sont en réalité. Quand il les voit clairement, il peut automatiquement les laisser aller sans être attaché à quoi que ce soit. Telle est la connaissance qui vient avec l’attention véritable et le discernement : l’esprit sait et lâche prise ; il ne se saisit de rien. Quoi qu’il arrive, que ce soit bien ou mal, plaisant ou douloureux, quand l’esprit a cette connaissance, il ne se saisit de rien. Quand il ne se saisit de rien, il n’y a pas de tension, pas de souffrance. Il faut vraiment que vous entriez bien cela dans votre tête : quand il ne se saisit de rien, l’esprit peut rester dans un état de « normalité », vide, non perturbé, tranquille et silencieux. Mais s’il ne se connaît pas, s’il ne comprend pas cette façon qu’il a de fonctionner, il se laissera tromper par les poisons mentaux et le désir. Il fabriquera toutes sortes de pensées tortueuses et compliquées qui lui donneront beaucoup de fil à retordre car elles sauront lui jouer des tours pour qu’il s’attache à elles. Et tout cela simplement parce que l’esprit se sera laissé piéger par les poisons du mental et les désirs qui sont en lui. Le fait qu’il ne se connaisse pas bien, qu’il ne voie pas clairement comment les états d’esprit apparaissent et disparaissent et se saisissent de pensées, a pour conséquence qu’il se perd dans de très nombreux attachements.


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout