L'esprit du Yin Yoga...

 
yin yang 2.jpg

Petite histoire du Yin Yoga...

Le Yin Yoga est une pratique de yoga relativement récente née aux USA dans les années 1990.

Paul Grilley, son fondateur (avec sa femme Suzee), a longuement étudié l’anatomie et la kinésiologie et s’est d’abord tourné vers les pratiques de yoga intensives.

Quelques blessures plus tard et se sentant engagé dans une impasse, il prend conscience que sa pratique devra évoluer en fonction de ses nouvelles attentes.

Influencé par le Dao de jing (Tao te King) de Lao Tseu et la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), Grilley crée les bases de ce qui deviendra le Yin Yoga à la faveur de deux rencontres décisives : Paulie Zink, un maître de Kung-Fu, qui lui propose de travailler la souplesse et la circulation de l’énergie en instaurant la durée dans les postures ; et le Dr. Motayama, un scientifique japonais dont les travaux sur la circulation de l’énergie dans le corps et le potentiel énergétique des chakras l’ont beaucoup marqué.

Toutefois, c’est Sarah Powers, une ancienne élève de Grilley, qui donnera le nom de Yin Yoga à la discipline quelques années plus tard et qui contribuera avec Grilley mais aussi avec Bernie Clark ou encore Biff Mithoefer à la populariser.

 Eclairages sur la pensée taoïste…

  • le Yin et le Yang

Signifiant littéralement « le côté ombragé de la montagne », le Yin représente la polarité féminine. Il est associé notamment à la nuit, à la lune, au froid, à l’hiver, à la profondeur, à la matière, au calme, au silence, à la passivité, à la lenteur etc.

Signifiant littéralement «  le côté éclairé de la montagne », le Yang représente la polarité masculine. Il est associé quant à lui au jour, au soleil, à la chaleur, à l’été, à la superficialité, à l’énergie, au survolté, au bruit, à l’action, à la rapidité etc.

 

Toutefois, il serait faux de croire que ces deux notions relèvent du principe de dualité : bien au contraire, elles sont complémentaires.

En effet, il est essentiel de maintenir un rapport harmonieux, équilibré entre ces deux polarités afin que se manifeste leurs trois principes : celui d’opposition, celui d’engendrement réciproque et celui de décroissance/croissance.

Ainsi, à l’image du cycle des saisons, le Yin devient Yang et inversement. L’un se nourrit de l’autre. Tout est changement perpétuel, tout est impermanence…

 

Dans mon cours de Yin Yoga : il s’agira d’observer la manière dont les sensations changent en fonction de la durée dans la posture et de l’intensité investie.

ginko%204_edited.jpg
  • le Wu-Wei : le « non-agir », « l’action sans effort »

 

Il ne s’agit pas de ne rien faire mais plutôt de faire selon la nature des choses, sans volontarisme, ce qui va l’encontre des tendances actuelles de notre société où il faut être productif, rentable et performant.

 

Dans mon cours de Yin Yoga : il faudra veiller à relâcher le plus possible les muscles afin que le travail se fasse plus en profondeur, au niveau des articulations, des tendons, des ligaments, des fascias (membranes qui enveloppent toutes les structures corporelles) et des os.

« Ainsi », nous dit Cécile Roubaud, professeur de Yin Yoga, « au lieu de lutter pour entrer dans une posture avec l’espoir de se conformer à un idéal de souplesse, nous laissons la posture s’adapter à la charpente osseuse de notre corps. ».

méridiens 2.jpg

Quelques notions de MTC...

Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), notre corps est parcouru d’un flux d’énergie appelé Qi qui circule dans des canaux qu’on nomme « méridiens d’énergie ». Ils sont au nombre de 12 et sont reliés à différents organes dans le corps humain.

La MTC place l’homme entre la terre (Yin) et le ciel (Yang), comme un trait d’union entre ces deux mondes, d’où il tire son « Energie Essentielle ». Celle-ci s’ajoute à l’ « Energie Ancestrale », celle qui nous est donnée à la naissance par nos parents, héréditaire et immuable. Ces deux énergies s’associent pour créer et entretenir ce qu’on appelle « l’Energie Vitale » qui circule dans les méridiens de notre corps.

 

Dans mon cours de Yin Yoga : une pratique régulière permet de mieux faire circuler cette énergie vitale, gage d’une meilleure santé générale.

Quelques notions sur les chakras...

Le Yin Yoga puise également ses racines dans le monde indien à travers sa volonté d’harmoniser les chakras.

Signifiant littéralement «  roue, cercle », les chakras sont des centres énergétiques qui favorisent la circulation de l’énergie. Il en existe 7, reliés à des organes, des couleurs, des éléments (Terre, Eau, Feu, Air, Akasha ou Ether), des pierres etc.

 

Dans mon cours de Yin Yoga : les chakras peuvent être utilisés comme support dans une séance afin de guider la pratique et l’attention des pratiquants, au même titre que les méridiens.

chakra.jpg

Mais alors, concrètement, c'est quoi le Yin Yoga?

Les trois fondements du Yin Yoga :

Un cours se construit à partir de ces 3 principes essentiels :

  • Prendre la posture dans la lenteur et y trouver son juste positionnement pour ressentir les sensations et observer ce qui résonne en soi dans le respect de son corps. 

  • S'installer dans l'immobilité, celle du corps avec l'aide éventuelle de supports, et celle du mental par la qualité de présence à soi-même. 

  • Demeurer un certain temps dans la posture, y trouver son point d'équilibre entre le "ni trop, ni trop peu", entre "l'apprécier" le temps nécessaire et vouloir "tenir jusqu'au bout".

 

La pratique des asana

Les postures de Yin Yoga s’inspirent de celles (les moins intenses) du Hatha Yoga traditionnel (yoga postural) dont les fondateurs ont revisité l’esprit tout en changeant les noms. 
L’important en Yin Yoga n’est pas de travailler en force ni d’accomplir une performance physique mais plutôt d’être à l’écoute de soi, de ses sensations, de son mental en accompagnant le geste postural dans la lenteur et en conscience. 
Ce qui compte n’est pas l’esthétisme de la posture mais le ressenti, la manière d’explorer son corps à la recherche de sensations physiques, émotionnelles ou psychologiques. 
Il s’agit ni plus ni moins de retrouver une certaine intimité  (au sens étymologique de « ce qui est en dedans, au plus profond »)  avec son corps lors de la pratique et d’en faire son intime, son ami. 

La notion de tension / compression

Ces forces opposées s’installent lorsque nous entrons dans une posture.

La tension se produit quand les tissus corporels ne peuvent plus s’allonger. Le mouvement se fait moins ample, mais avec une pratique régulière, il est possible de gagner en amplitude (jusqu’à un certain point) et de vivre la posture plus intensément. La tension survient au niveau des muscles mais aussi de nos fascias, de nos ligaments et de nos capsules articulaires. 

La compression se produit quand une partie de notre corps entre en contact avec une autre (par exemple quand le ventre entre en contact avec les cuisses ). Il n’est plus possible alors de progresser dans le mouvement et cela n’évoluera pas avec la pratique, contrairement aux tensions. 

le%2520sphinx%25203_edited_edited.jpg

compression au niveau  des lombaires

tension à l'avant du buste

En résumé, une tension est un étirement ressenti dans la direction opposée au mouvement. Une compression est un froissement ressenti dans la direction du mouvement. 

 Il est important de comprendre ces notions de tension / compression afin d’adopter l’attitude juste dans  un asana et donc d’accepter avec bienveillance nos limites.

 

Un yoga méditatif

C’est véritablement ce qui fait la spécificité de cette belle pratique.

Le Yin Yoga est un yoga doux et lent dont les postures se vivent essentiellement au sol. 


La lenteur, que ce soit dans le chemin qui conduit vers la posture ou dans celui qui nous la fait quitter, gouverne nos gestes et nos attitudes car il s’agit avant tout de maintenir une écoute consciente des sensations corporelles et psychiques. 


Cette approche méditative du yoga, profonde et intense, nous invite à ralentir le temps d'une séance et à goûter l'expérience d'une véritable descente en nous-même afin de nous ouvrir et d'accepter avec bienveillance ce qui vient à nous.

Dans mon cours de Yin Yoga : pour apprécier au mieux ce retour en vous-même, je prends soin d'économiser ma parole afin de laisser toute la place à cette magnifique expérience que permet cette belle pratique de yoga : le Silence.


 

Les bienfaits du Yin Yoga


Au fil de la pratique, le corps se détend, s'étire et s'assouplit. Il travaille en profondeur au niveau du squelette, des articulations, des ligaments et des fascias.

Il se renforce grâce à une meilleure circulation de l'énergie. Les tensions musculaires se relâchent et les émotions retrouvent de l'espace.

Le Yin Yoga favorise le « lâcher-prise » pour mieux « laisser- Être »  ce qui est.


Le Yin Yoga viendra parfaitement compléter toute autre pratique physique plus intense. 


Pour connaître le déroulé de mon cours de Yin Yoga, je vous invite à consulter la page dédiée sur le site de l'Espace Re-source en cliquant ici.

 

Le yoga dans l’esprit de Dürckheim…

Le yoga que je pratique et que je transmets dans l’esprit de Dürckheim est celui que j’ai reçu au sein de L’EFY (Ecole Française de Yoga) de Lille durant quatre années.

Cet enseignement se réfère à celui du philosophe et psychothérapeute allemand Karl Graf Dürckheim qui s’est nourri du Zen au cours de ses séjours au Japon. En accord avec l’esprit de cette tradition, Dürckheim donne toute sa place au corps car c’est par là que toute pratique spirituelle commence. Il exhorte ainsi chacun d’entre nous à faire le choix d’une discipline corporelle, quelle qu’elle soit, et de s’y engager fermement.

Le yoga dans l'esprit de Durckheïm est un yoga doux. 

En prenant appui sur le Hatha-Yoga et sur le Souffle, je vous propose de vous laisser porter par la douceur et la lenteur dans les postures, de ressentir ainsi l’attention vigilante aux « tout petits gestes » et aux ajustements qui favorisent la présence au corps et l’intériorisation.

Dans cet esprit, je vous invite à « lâcher le mental» pour descendre dans votre corps et vous reconnecter à votre base de stabilité (le bassin et les pieds), à faire l’expérience de vous laisser porter par ma voix, ma parole afin d’accueillir une qualité de silence qui amène à la paix du cœur, à trouver le juste équilibre entre la rigueur et le 'laisser-être' dans la posture qui favorise l’ouverture au Souffle et à un état d’être différent, à une autre dimension en soi.

                             

meditation zen dessin.jpg

Contempler la respiration telle qu’elle est et se sentir « respiré »…

Revenir vers son centre…

Vivre la posture dans la profondeur et la laisser nous accueillir…

Simplement être là, tout en laissant partir les émotions et les pensées qui, peut-être, nous éloignent de nous-mêmes… 

 Délaisser peu à peu le corps qu’on a pour habiter le corps qu’on est.


"Le corps qu'on est", c'est ce corps physique qui concerne toute la personne y compris les gestes, les attitudes et le rapport à l’autre, de l’assise en silence jusque dans la vie quotidienne.

Déroulé de mon cours de Hatha Yoga dans l'esprit de  Dürckheim

selon mon inspiration du moment, je choisirai de vous faire vivre une posture (que nous aurons préparée en amont par d'autres postures), une famille de postures, un thème (ex : ouvertures et fermetures, trouver notre équilibre au sein de nos déséquilibres, convoquer sa force extérieure et intérieure, accueillir la nouvelle saison, soulager les tensions du dos...). 

 

 - Bienvenue sur le tapis.

- Grand étirement de tout l'arrière du corps.

- Mouvements des bras pour libérer le souffle.

- Asana et postures de transition. 

- Relaxation finale.

-Temps de méditation dans la tradition Zen.

Avertissement : Merci de prendre contact avec votre médecin traitant qui vous conseillera sur votre capacité à pratiquer ou non le yoga. L’enseignante ne pourra être tenue responsable  de toute information relative à votre santé qui ne lui aurait pas été communiquée avant le cours.

Je suggère aux femmes enceintes ou ayant récemment accouché de se rapprocher d’enseignants spécialisés en yoga pré et post-natal.